TAG

TAG : Mon rapport à la lecture

J’ai eu l’occasion de voir ce TAG, suite à la vidéo réalisée par L’Enluminée. J’ai trouvé que malgré mon expérience banale de la lecture, il pouvait quand même être pertinent.

Quel est ton rythme de lecture :

Je ne suis pas du tout régulière. Si l’on rapporte sur une année, je dirais que je lis 1 à 2 livres par mois. Ce n’est pas énorme, mais je peux très bien lire 3 à 4 livres dans le mois pour finalement ne rien terminer le mois suivant.

Un ou plusieurs livres en même temps :

Plusieurs, c’est quelque chose que j’ai toujours fait. Déjà enfant, j’avais un livre dans le salon, dans ma chambre, dans la voiture et je lis ce qui est à porté. A l’adolescence, je lisais beaucoup de fanfiction et j’en suivais plusieurs dizaines et je n’avais aucun problème de mélange entre les histoires. Encore maintenant, j’ai une moyenne de 3 livres (table de chevet, salon et sac à main).

Papier ou ebook :

J’ai une liseuse, mais lorsque je lis sur ce support j’ai beaucoup de peine à y retourner. Elle ne me sert que lorsque je pars en vacances. Donc clairement, papier ! Tant pis pour la multiplication des bibliothèques chez moi.

Relis-tu tes livres :

Oui, je me sépare assez aisément de mes livres, en revanche ceux que je conserve, je finis très souvent par les relire.

Quel genre de livre lis-tu principalement :

De la romance, mais je m’ouvre en ce moment sur les classiques et les modernes de tout genre.

Rapport avec la PAL :

Suite à une récente visite en librairie d’occasion, ma PAL s’est considérablement agrandie, mais en règle général j’ai une moyenne d’une dizaine de livres. J’essaie de ne pas avoir trop de livres car sinon j’ai envie de tout lire, je ne sais plus que choisir et je bloque.

As-tu déjà eu une panne de lecture, et comment t’en sors-tu :

Au vu de mon rythme de lecture discontinu, je dois sûrement en avoir. Pour autant ça ne me pose aucun problème. Si je ne souhaite pas lire, je ne lis pas, à un moment je finis par reprendre mon livre ou à l’abandonner.

Qu’est-ce qu’un lecteur :

Un lecteur, je dirais juste que c’est quelqu’un qui lit. Même si je ne me sens pas particulièrement lectrice alors que tout le monde peut correspondre à l’idée que je m’en fais.

TAG créé par la youtubeuse Tête à Tête.

FoxLynn

Publicités
Lectures

Ce livre qui a questionné mes cours d’histoire

Tout s'effondre

 

Dans le cadre du club de lecture d’Antastesia, j’ai choisi de lire Tout s’effondre de Chinua Achebe.  Honnêtement, j’ai choisi ce livre ci uniquement car il était disponible dans ma bibliothèque. Le sujet ne me parlait pas particulièrement. Puis je me suis demandée pendant toute la première partie de ce livre si j’arriverais à aller jusqu’au bout, pour finalement ne pas regretter d’en avoir poursuivi sa lecture.

 

 

 

« Dans le village ibo d’Umuofia, Okonkwo est un homme dont la puissance et le courage sont vantés par tous, dont la voix est écoutée. Rejeton d’un père lâche et paresseux, il doit à lui seul ce qu’il est aujourd’hui : un fermier prospère qui veille sur ses trois épouses et sur ses huit enfants, un sage guerrier jouissant de la confiance des anciens.
Son monde repose sur un équilibre cohérent de règles et de peurs, de rituels et de traditions. Okonkwo habite ce monde, l’accepte et le maîtrise, il en est même l’un des garants. Ce qu’il ignore, c’est que l’extérieur s’apprête à violer une réalité qu’il croyait immuable : les missionnaires d’abord, les colons britanniques ensuite vont bientôt bouleverser irrémédiablement l’existence de tout son peuple. »

 

Le livre se découpe en trois parties, franchement inégales. La première représente 130 pages, tandis que que les deux autres sont d’une quarantaine de pages. J’avais lu rapidement le synopsis avant de l’emprunté, si bien que je l’avais oublié en débutant la lecture de l’ouvrage. L’oeuvre suit la vie d’Okonkwo, et la première partie suit tranquillement sa vie et surtout les coutumes de son village. Ces coutumes sont à l’opposées de celles apprises depuis l’enfance. Mes représentations étaient mises à mal face au traitement de la femme, de la parentalité, de la monogamie, etc. Je commençais à me dire que j’allais abandonner ne voyant pas d’intérêt à poursuivre cette lecture.

Jusqu’à l’arrivée du premier blanc où l‘histoire s’accélère d’un coup. Je me suis rendue compte que je m’étais attachée aux personnages, et à voir d’un  mauvais œil ces hommes blancs venant sur leur terre. Au fur à mesure que mes yeux découvraient la suite de l’histoire, mes questionnements étaient grandissants.

 

Je me suis interrogée jusque dans les dernières pages, pour finalement être heurtée dans mes représentations, dans ce que j’avais pu apprendre durant mes cours d’histoire. L’auteur aimait particulièrement citer un proverbe africain qui est parfaitement adapté.

« Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, l’histoire de la chasse glorifiera toujours le chasseur »

 

Auteur : Chinua Achebe
Éditeur : Actes Sud
Parution : 1958
Pages : 225 pages

 

Est-ce que je vous ai donné l’envie de découvrir ce livre?

FoxLynn

Lectures

Ce livre dévoré contre tout attente

La Chambre des Merveilles

Lors d’une balade dans ma librairie, cette couverture colorée m’a tout de suite attirée. Le titre m’a intriguée et une dédicace aurait lieu quelques jours plus tard. Je lis le synopsis puis m’en détourne. Finalement quelques jours plus tard, mes pieds m’ont conduit à la dédicace. Julien Sandrel semblait sympathique, il racontait comment lui était venue l’idée du livre. Il ne m’en a pas fallu plus pour me le procurer.

 

 

 » Inattendu, bouleversant et drôle,

le pari un peu fou d’une mère

qui tente de sortir son fils du coma

en réalisant chacun de ses rêves.

  Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère,  Thelma, qu’il est  amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.

  Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.

  Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.

  Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans… »

Mes premières réflexions se sont dirigées vers le style d’écriture, un peu trop simple à mon goût. Cela me parait plutôt logique pour un premier livre. La narration est à la première personne, on alterne les point de vue de Thelma et Louis. Je dois avouer que j’aurais aimé une plus grande différence dans le style utilisé pour les deux narrateurs du fait de leur différence d’âge, de statut…

Pour autant, passé cette réserve et quelques incohérences médicales, je me suis laissée prendre dans le tourbillon des émotions et des expériences. Le récit est une succession d’événements. Ils peuvent être touchants, drôles, tristes… Cette couverture est vraiment bien choisie.

2 jours. C’est tout le temps qu’il m’aura fallu pour le terminer. Il reste encore assez rare, pour ma part, de finir un livre aussi vite. Malgré mes réserves, je n’ai pas mis longtemps avant de rentrer dans cette histoire et de partager leurs espoirs.

Auteur : Julien Sandrel
Éditeur : Calmann Levy
Parution : Septembre 2018
Pages : 265

 

Et vous quel est votre avis sur ce livre? Est-ce qu’il vous a surpris autant que moi? Quel est le livre qui vous a surpris dernièrement?

FoxLynn

Lectures

Ce livre qui m’a redonné le goût de la lecture

Le pays du nuage blancDepuis plusieurs années je ne m’étais mise à lire que des livre de développements personnels, en rapport avec ma profession, des comics, des mangas ou des magazines.

Je continuais à acheter des romans puisque j’étais une lectrice assidue. Pourtant ils restaient entreposé dans ma bibliothèque. Puis ma curiosité m’a poussée à vouloir lire de nouveau des romans. J’en débutais beaucoup mais sans les terminer. Frustrée et agacée de ne pas réussir à retrouver durablement le plaisir de lecture, j’ai fini par faire un tour à la bibliothèque de mon village.

En un coup d’œil, cette couverture m’a attiré. Une fois la main sur le livre, ce sentiment de tenir un objet que l’on apprécie n’avait pas de prix.

« Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d’une réputation irréprochable.

Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l’aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gyneira, une aristocrate désargentée promise à l’héritier d’un magnat de la laine. Ni l’une ni l’autre ne connaissent leur futur époux. Une nouvelle vie – pleine d’imprévus – commence pour les deux jeunes femmes, qu’une amitié indéfectible lie désormais…Cette saga portée par un puissant souffle romanesque révèle le talent d’un nouvel auteur, dans la grande tradition de Colleen McCullough et de Tamara McKinley. »

Ce style d’écriture simple m’a permis de reprendre en douceur, sans être dans l’autoflagellation à cause d’un manque de vocabulaire. L‘intérêt du lecteur est vite piqué et je l’ai dévoré à toute vitesse malgré les 800 pages. Et l’on s’attache à ces personnages, je vais lire beaucoup plus vite si je m’attache. Je n’apprécierais pas nécessairement tous les traits de leur personnalité, mais un caractère bien construit me permettra quand même d’accrocher mon intérêt. Finalement, mon désamour pour les fins était assouvi en me rendant compte que ce livre était le premier tome d’une trilogie. Il m’aura plût du début à la fin.

Donc oui, c’est ce livre qui m’a redonné l’envie de lire. J’ai quelques années de retard puisqu’il est sorti en 2014, mais je ne peux que conseiller sa lecture.

Et vous quel livre vous a donné cette envie de lire?

Fox Lynn

 

Présentation

Un désir sous-jacent

Depuis le début de ma vie professionnelle, j’ai toujours cette impression qu’il manque quelque chose,

Un petit quelque chose,

Un petit rectangle, plus ou moins épais, plus ou moins neuf, plus ou moins beau,

Ce petit objet qui va me permettre de m’évader, de réfléchir, de me consoler, de m’amuser.

La Lecture

J’aime partager, découvrir, communiquer.

Alors je me lance !

Et qui sait? C’est peut-être le début d’une belle histoire.

FoxLynn